Les gros patinent bien - Cabaret Carton

Les gros patinent bien
Arzoù & arvestoù
Evénement terminé

La collaboration continue entre les Ateliers des Capucins et le Quartz dans leur Saison Nomade !

Toujours dans l'esprit que prône les Ateliers, le Quartz propose à nouveau un spectacle à la fois atypique et loufoque.

 

Après leur collaboration sur Le Gros, la Vache et le Mainate et Bigre, Olivier Martin-Salvan et Pierre Guillois s’attaquent au cabaret, toujours avec humour et décalage. Alors que des cartons traînaient dans un coin, ils ont commencé à écrire dessus à l’aide de gros marqueurs noirs pour figurer les accessoires et décors qu’ils imaginaient pour une histoire, tels des enfants découvrant le plaisir de faire du théâtre.

 

Olivier et Pierre ont écrit, pas à pas, l’absurde voyage d’un homme qui ne bouge pas mais qui pourtant traverse l’Europe et sans doute fera le tour du monde grâce à son complice, qui fait défiler derrière lui les paysages, personnages et éléments rencontrés le long de la route. Le spectacle tire sa saveur du contraste entre l’acteur immobile mais voyageur, un Martin-Salvan virtuose d’un langage non répertorié, avec l’agitation pathétique du préposé aux décors, un Guillois survolté dont l’énergie désespérée est le salut.

 

Un échange avec Pierre Guillois et Olivier Martin-Salvan sera proposé à l’issue de la représentation du jeudi 02 décembre.

 

Billetterie : 15/11/8€ - Lien ci-dessous

  • L'url a bien été copiée

Évènements similaires

Arzoù & arvestoù

Je ne connais pas la fin de l'amour - Spectacle Mac Orlan

Tomber, verbe intransitif : perdre l’ équilibre et faire
une chute, s’ affaisser au sol ; s’ abattre, crouler,
s’ écrouler.

Amour.eux.se, adjectif : qui aime quelqu’ un d’ autre,
qui éprouve de l’ amour.
Tomber amoureuse, amoureux.

Quel bordel.

Deuet-mat eo ar vugale
Gwelet an abadenn
Arzoù & arvestoù

La Ronde - Le Quartz Nomade

Dans La Ronde, texte à scandale écrit en 1897, Arthur Schnitzler évoquait crûment les histoires d’amour et de sexe de couples qui se font et se défont selon un modèle A/B, B/C, C/D... Boris Charmatz s’en inspire en chorégraphiant une boucle humaine formée de duos dansants, parlants et chantants. Au fil de pas de deux sensibles et charnels, les corps bougent, se heurtent, s’embrassent, se quittent pour mieux parler de la contamination du désir. Entre humour et grâce infinie, cette ronde explore autant la force du toucher qu’une histoire de la danse en allant de Don Quichotte - par deux danseur·euse·s de l’Opéra de Paris - au hip-hop, en passant par la création contemporaine. Un embrasement chorégraphique, à la fois intime et grandiose. Comme l’amour.

Deuet-mat eo ar vugale
Gwelet an abadenn