Exposition "Bel Espoir, la reconstruction"

Expo Bel Espoir
Exposition
Evénement terminé

Photographies : Nedjma Berder

Textes : Virginie de Rocquigny

 

Cette exposition raconte la mémoire collective du Bel Espoir et la folle aventure de sa reconstruction par des jeunes en formation.

 

Après l’équivalent de 20 tours du monde aux mains de l’association créée par le père Michel Jaouen, le Bel Espoir, trois-mâts emblématique, s’est avéré irréparable. Nedjma Berder, photographe, et Virginie de Rocquigny, journaliste, ont suivi la construction du nouveau voilier par des jeunes accueillis en formation à Lannilis.

 

C’est une histoire qui donne de l’élan : ce bateau a été salvateur pour des gens qui ont embarqué à son bord et ce chantier permet à des jeunes de trouver leur voie et de prendre confiance, particulièrement à l’époque où les auteurs de cette exposition les ont suivis (2019-2021).

Deux ans de reportage, enrichis d’archives, sont présentés dans cette exposition grand format, qui investit tout le Passage des Arpètes.

 

« En témoignant de la vie de ce chantier, nous voulons montrer d’autres manières d’apprendre. À contre-courant des cadres habituels, l’AJD expérimente une pédagogie basée sur la liberté et la confiance. Sans cadre théorique fixe, les formateurs transmettent des techniques, mais aussi un état d’esprit. On pourrait appeler cela la débrouillardise : oser prendre des initiatives, chercher par soi-même, préférer l’ingéniosité de la réparation à la facilité de la consommation. »

 

Cette exposition sera en place au moment des 30 ans des Fêtes Maritimes de Brest, en juillet 2022, auxquelles le Bel Espoir participera.

 

Elle accompagne la sortie du livre Bel Espoir, en octobre 2021, par les éditions Le Chasse Marée, en vente à la librairie Les Curiosités de Dialogues.

  • L'url a bien été copiée

Évènements similaires

Exposition

Exposition "Lost and Found" - EESAB

Du mercredi au dimanche

A travers une série d’objets trouvés, détournés ou upcyclés, 17 jeunes créatrices et créateurs diplômé(e)s de l’EESAB dessinent les contours de l’art de demain, mais surtout du monde à venir, où réappropriation, partage et échange prennent le pas sur le contexte anxiogène de l’époque.